"En route" vers une logistique durable



Les clients exigent que les entreprises deviennent «plus vertes» et s’engagent dans une démarche de développement durable. En conséquence, ces mêmes entreprises cherchent à réduire les coûts logistiques tout en maintenant ou en améliorant le service, apportant non seulement une durabilité financière améliorée, mais également de meilleurs résultats environnementaux.


Si d’importantes améliorations de la productivité et de l’efficacité peuvent souvent être réalisées «à l’intérieur des quatre murs», c’est-à-dire dans les magasins de vente au détail ou dans les entrepôts, l’optimisation de la conception globale du réseau de distribution permet de réaliser des économies de coûts significatives. Et bien sûr, un effet secondaire de la réduction des coûts est souvent accompagné d'une réduction de l'impact environnemental.


L'optimisation de votre réseau de distribution à travers quatre volets


Les réseaux de distribution évoluent souvent avec le temps pour devenir ensuite « encombrants ». Leur composition est déterminée, plutôt que par le besoin et l'efficacité, par des questions historiques telles que les biens immobiliers existants, la flotte de transport existante, et les accords avec les fournisseurs en place

Toutefois, lorsque vient le temps de dresser un bilan complet des besoins et des exigences de l’ensemble de la chaîne logistique d’une organisation, les quatre aspects suivants ressortent comme des éléments essentiels du développement d’un réseau de distribution optimisé et durable:


1. Réactivité


Un réseau de distribution plus réactif permettra de garantir que les stocks sont positionnés au point le plus approprié de la chaîne d'approvisionnement. Cela peut réduire considérablement le transfert « correctif » des stocks entre les hubs d’un même réseau


2. Distribution centralisée


La conversion de modèles de livraison directe en magasin « Direct-to-store » en un modèle de distribution plus centralisé, utilisant le centre de distribution de votre détaillant, réduit le nombre de livraisons en magasin. Cela permet au personnel des magasins de se concentrer sur le client, réduit également le nombre de camions « à moitié vides » sur la route et facilite l'utilisation efficace des véhicules, réduisant ainsi la consommation de carburant, les embouteillages mais aussi la pollution.


3. Transport primaire ou « Primary freight »


Pour les grands distributeurs, la prise en charge du transport amont peut considérablement augmenter l'utilisation des véhicules entrants. En exploitant un modèle de transport primaire, les détaillants peuvent économiser de l'argent et réduire considérablement le nombre de camions arrivant dans leurs centres de distribution.


4. Modélisation et Optimisation des tournées ou « Route Modelling »


Une meilleure modélisation des itinéraires permet de réduire le nombre de kilomètres parcourus pour la même tâche, ce qui réduit la consommation de carburant et le nombre de camions sur la route. La modélisation optimisée des itinéraires améliore également l'utilisation des véhicules, réduisant encore le nombre de camions nécessaires.


Examinons chacun de ces quatre volets


1. Créer un réseau de distribution réactif

La croissance organique des entreprises, les fusions et les prises de contrôle peuvent conduire au développement de réseaux de distribution complexes et difficiles à manier, qui nécessitent la gestion de routes de livraison souvent imbriquées, de doubles entrepôts et de processus inefficaces.


Conserver les anciens silos et processus de livraison risque de faire monter les coûts en raison du transfert continu des produits d'un centre de distribution à un autre ou, pire encore, d'un magasin à un autre, ainsi que d'une perte potentielle des ventes en raison du manque de produit sur le lieu requis. Les coûts de personnel et de transport augmentent, la fidélité des clients diminue et la rentabilité diminue.


Quand une entreprise commence à diminuer ses ventes et ses profits et à perdre des clients en raison d'un réseau de distribution sous-performant, tout indique que sa Supply Chain ne sera pas durable tant sur le plan économique qu'environnemental. Non seulement les revenus diminuent, mais les coûts de transport et les émissions montent en flèche, et la réputation de la société en pâtit à tous les égards.


Lorsque la direction et le management de l’entreprise prennent conscience de cet état de fait, la première étape consiste en une analyse de la situation existante mais aussi à l’identification des principaux inducteurs d’OPEX, de CAPEX, de service et de sécurité. Grâce aux informations issues d’une telle analyse, il est possible de concevoir des réseaux potentiels, en comparant différents axes tels que l’emplacement et la taille des entrepôts / centres de distribution, la gamme de produits stockée sur chaque site, les équipements de manutention et d’automatisation mais aussi la robustesse du réseau transport associé .


Une analyse quantitative approfondie suit, au cours de laquelle la conception de réseau optimale est déterminée, sur la base d'une modélisation quantitative et qualitative détaillée. A partir de là, une recommandation est préparée avec des plans de mise en œuvre à l'appui.


C’est de cette manière que Forizons propose ses services de Network design à travers des solutions innovantes et outillées, tout en considérant et réduisant l’impact écologique ? A ce jour nous avons mené plus de 100 Network design pour tout type d’industries (Aéronautique, Défense, Santé, Luxe, FMCG, High tech…)


2. Distribution centralisée

De prime abord, les livraisons Direct-To-Stores sont une proposition attrayante. Théoriquement, le détaillant n'a pas à s'inquiéter de la gestion d'un entrepôt, encore moins d'une flotte de camions. Passez simplement la commande au fournisseur, indiquez la destination et la date de livraison requise, et les produits arriveront comme par magie dans chaque magasin, à temps, dans leur intégralité, prêts à être placés dans les rayons.


Une fois que le détaillant a dépassé une certaine taille, la réalité peut toutefois être très différente de cette image idyllique.


Premièrement, les fournisseurs peuvent avoir des priorités différentes pour le détaillant et peuvent décider d’accorder une planification préférentielle à d’autres clients. Deuxièmement, il y aura autant de camions qui arriveront chez le détaillant qu'il y a de fournisseurs, ce qui nécessitera le déchargement et le contrôle de la qualité et de la quantité des marchandises, ainsi que la signature de tous les documents. En raison d'erreurs d'horaire, du trafic et des retards aux points de débarquement précédents, ainsi que de l'espace limité sur les quais des magasins de vente au détail, des encombrements et des livraisons manquées sont probables. Tout cela exerce une pression et des contraintes importantes sur le personnel des magasins, qui pourrait plus de temps au service des clients.


Dans ce contexte, la centralisation des approvisionnements dans le propre centre de distribution du détaillant permet à un entrepôt dévoué et expérimenté de gérer les marchandises entrantes. Les produits sortants peuvent être sélectionnés, emballés et regroupés par palette/magasin ou par chariots, et rangés sur le camion dans la séquence du routing.


À l’arrivée du camion au magasin, les marchandises peuvent être déchargées par une seule personne pour un réapprovisionnement immédiat en rayon, et le personnel n’a éventuellement plus besoin que d’un seul véhicule par jour. Aucune file d'attente avec la pollution associée, et le détaillant est en mesure de faire respecter les normes de sécurité des véhicules.


Le personnel des magasins peut se concentrer sur le service à la clientèle et à l'augmentation des ventes. Le nombre d'employés peut être réduit au niveau du magasin, ce qui dépasse largement les effectifs requis dans l'entrepôt. Une plus grande partie de l’immobilier du magasin peut être allouée aux activités de vente plutôt qu’à la réception des marchandises, ce qui augmente encore les revenus potentiels. La distribution centralisée permet également au détaillant de conserver le stock de sécurité si cela est jugé nécessaire.


Bien que cette méthode ne convienne pas pour les produits frais et périssables et les marchandises de type « vente ou retour » (pain, magazines, par exemple), les avantages en termes de marchandises générales sont très importants. Woolworths, par exemple, a réduit sa proportion de livraison « Direct-to-store » à seulement 7,5% et, en raison de l’ampleur de ses activités, a pu obtenir une réduction d’un tiers de ses frais de transport.

Avec les avantages supplémentaires de meilleures normes de sécurité et de réduction de la pollution, cet exercice a clairement contribué à la volonté de Woolworths de mettre en place une Supply Chain durable.


3. Transport primaire ou « Primary freight »

Etendre le concept de distribution centralisée un peu plus loin consiste à mettre en œuvre le transport primaire: le détaillant prend le contrôle de la livraison entrante auprès du fournisseur. Bien que le plus souvent, il fasse appel à un fournisseur tiers, le détaillant conserve fermement la planification et l’acheminement du ramassage / de la livraison. De cette façon, le détaillant n'a besoin de gérer qu’un seul fournisseur de transport (souvent la même entreprise que celle qui effectue les livraisons entre centres de distribution), et le maintien de la planification, du contrôle et des communications en interne permet une organisation plus fine et plus précise


Par exemple, en 2004, Woolworths a décidé de créer une entreprise de transport, « Woolworths Primary Freight », dans le cadre de son important programme de transformation Supply Chain appelé «Mercury».


Cette nouvelle entreprise proposait des services de transport entrant à ses fournisseurs. La majeure partie de la capacité de transport réelle est fournie par des prestataires logistiques tiers, mais Woolworths garde un contrôle ferme sur la planification des livraisons, ce qui permet une amélioration majeure de l'efficacité par rapport à chaque fournisseur organisant son propre transport.


Cela signifie que, chaque semaine, il y a des milliers de camions en moins qui arrivent dans les centres de distribution et les supermarchés Woolworths, ce qui permet de réduire les coûts de transport, de recevoir de la main-d'œuvre et de réduire les temps d'attente. L’efficacité a encore été améliorée grâce à l’utilisation de certains véhicules de la flotte de livraison en magasin auprès des fournisseurs. Tout cela permet à Woolworths de facturer des coûts de transport très compétitifs à ses fournisseurs, tout en réalisant un bénéfice qui permet de subventionner le coût global de sa chaîne d'approvisionnement.


L'amélioration de la planification du transport entrant était un élément crucial du succès du projet Mercury.


4. Modélisation et Optimisation des tournées ou « Route Modelling »

La modélisation et l'optimisation de l'itinéraire des camions de collecte / livraison complètent le tableau de la Supply Chain durable.


La rapidité et la fiabilité de la livraison des marchandises en magasin sont d’une importance primordiale. Les pertes de ventes affectent non seulement la rentabilité du détaillant, mais également sa réputation auprès des clients. Cependant, les magasins de la ville exigent des livraisons plus régulières en raison de la consommation croissante, de la faible superficie et de la quantité de stockage disponible.


Les embouteillages et les quais serrés exercent également des pressions sur les livraisons dans les centres-villes. Tenter d’approvisionner du stock dans les magasins de la ville présente la liste classique des défis du dernier kilomètre: restrictions de stationnement, difficultés de déchargement, files d'attente aux quais de chargement - tous ces facteurs visent l’utilisation de petits véhicules. L'utilisation de petits véhicules, cependant, augmente le nombre de camions nécessaires, ainsi que plus de conducteurs, plus de carburant et de pollution, ainsi que des coûts d'entretien supplémentaires.


Trouver un équilibre entre l'exigence de livraisons rapides et fiables et la nécessité de limiter le nombre de véhicules au minimum est l’équation que doit résoudre les logiciels de « Routing ». Correctement configurées, les livraisons du jour peuvent être téléchargées et le logiciel ne les attribuera pas seulement à divers véhicules, mais aidera également le chauffeur à charger les commandes dans l’ordre approprié. Ensuite, il trace l'itinéraire optimal à suivre, avec des mises à jour en temps réel si des modifications sont nécessaires en cours de route. Les avantages sont nombreux, à la fois en termes de coût et d’environnement:

  • Minimise les kilomètres vides.

  • Minimise le nombre total de kilomètres.

  • ·Réduit les émissions de carbone et l'empreinte carbone.


Se tourner vers le futur


Compte tenu de l'incroyable rythme et de la diversité des évolutions technologiques dans le secteur des transports, de nombreux aspects de la livraison et du fret doivent être pris en compte, certains maintenant et d'autres dans le futur.


L’un des développements les plus intéressants de ces dernières années, déjà utilisé par un certain nombre d’entreprises de pointe, est la tour de contrôle virtuelle, qui donne un aperçu visuel de la chaîne logistique.


Semblable à une scène rappelant les salles de contrôle de la NASA rendues célèbres par les différents films Apollo, la tour de contrôle virtuelle permet de visualiser ce qui se passe dans le réseau logistique, ce qui aide les utilisateurs à prendre de meilleures décisions pour éviter les gaspillages inutiles et améliorer les services. Un véhicule en panne peut s'allumer en rouge et un client ayant besoin d'attention, une livraison manquée, un camion faisant un détour non autorisé et tous les autres événements importants sont également mis en évidence afin que les opérateurs puissent prendre des mesures immédiates.


Ces tours de contrôle ont suscité un vif intérêt dans les secteurs du transport et de la distribution. Le sujet est en effet digne d'un article à lui seul.


Les autres technologies à surveiller sont la préparation de commandes assistée par robot, les véhicules automatisés, les livraisons par drones et, à plus grande échelle, les inventions qui tentent de révolutionner l’ensemble du réseau de distribution, telles que le « Flying Warehouse » d’Amazon, les énormes entrepôts de dirigeables volants équipés de flottes de drones qui livrent des marchandises à des endroits clés. Le brevet inclut le concept de livraison prédictive, déjà utilisé par Amazon, dans lequel les produits sont positionnés dans des zones où l’intelligence artificielle prévoit les besoins futurs


Charly LIMOU, associé Forizons

© 2020 by Forizons. All rights reserved